Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prises de tête

Je suis sujette aux migraines.

Les migraines peuvent être liées à une grande fatigue et au stress, au surmenage. C'est sans doute celles-ci qui se sont invitées quand j'étais étudiante. Régulièrement stressée par ma seule faute puisque que j'étais je suis du genre à faire les choses au dernier moment ; c'est bien souvent dans les situations de stress que je suis la plus productive, et rends les meilleurs résultats.

Elles peuvent également être cycliques. Il m'a fallu 31 ans et l'analyse de mon mari pour m'en rendre compte. Ni paracétamol ni aspirine n'en viennent à bout. Je ne sais pas s'il existe des traitements spécifiques, mais j'imagine bien que la plupart des médecins doit prescrire paracétamol et/ou aspirine, désabusés par ces femmes qui se plaignent constamment de leur état de femme, voire dire "Vous avez vos règles en somme, ça vous passera !", à l'instar de cette obstétricienne revêche, traitant ma sensation de très grande fatigue à coup de "Vous êtes enceinte, quoi..." et passant à côté d'une anémie importante. Bref.

Certaines sont nerveuses. D'autres pourraient aussi être psychosomatiques. Elles sont difficiles à distinguer dans leurs manifestations. Ce sont celles qui me raidissent la nuque a minima, toute la tête et le haut du corps au pire. Ce sont celles qui me donnent l'impression qu'un mauvais génie installé au milieu de mon crâne tourne une manivelle reliant plusieurs cordelettes, dans le seul but d'y rassembler mes yeux rentrant dans leur orbite, mes mâchoires, chacune de mes dents, l'intérieur de mes oreilles, mon nez... Ce sont celles qui me donnent une idée de l'enfer.

Nerveuses, elles ne seraient "que" l'expression de contrariétés auxquelles je ne voudrais pas faire face ou que je ne reconnaitrais pas comme telles. Une sorte de signal d'alarme. Alors il "suffit" de prendre une grande respiration pour se détendre et de trouver une solution à ces contrariétés, s'il convient.
Psychosomatiques, elles seraient une sorte de sortie de secours, un moyen d'échapper à des situations anxiogènes, voire dangereuses, quand la raison ou le conscient sont incapables de les identifier clairement et de définir les moyens rationnels d'y faire face. J'avoue que cette "technique" est très coûteuse et que je serais soulagée d'en trouver une plus confortable et explicite.

Les migraines sont définitivement insupportables. Sauf que je n'ai pas encore déterminé sur quel plan il me faut agir : physique ou psychologique ? Peut-être les deux. Certainement. En attendant, je douille et prends mon mal en patience. Et je me console (quoique cela ne me soulage pas) en me disant que je ne suis pas seule dans cette galère. En tête de liste de mes partenaires de misère : mon mari, qui en souffre quand il est particulièrement fatigué ou stressé. A défaut de pouvoir faire quoi que ce soit l'un pour l'autre en cas de crise, on se comprend...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

France 01/05/2017 21:09

Pas cool, ces migraines ! Faites attention aux enfants, c'est malheureusement héréditaire et ça peut commencer dès 7 ans m'avait dit le pédiatre.
Avez-vous essayer l'ibuprofène ? Ca peut marcher un peu mieux que le paracétamol. J'avoue que ça fonctionnait pour moi quand j'avais des maux de tête (migraines ?) assez important à un moment donné.
Sinon, tu n'en as jamais parlé au médecin plus que ça ? car un neurologue pourrait certainement faire quelque chose. C'est un neurologue qui m'a diagnostiqué des auras migraineuses (étrangement sans maux de tête), qui étaient dues aux hormones, à un changement hormonal (la dernière étant au tout début de la grossesse). Peut-être une piste à explorer...
En tout cas, bon courage et essayez de moins vous stresser !

Nanie 05/05/2017 12:47

C'est vrai, je n'ai jamais pensé à en parler à un médecin, je ne sais pas pourquoi... parce que je n'ai pas de RV au moment des crises et qu'ensuite, j'oublie ? Parce que je crois toujours que ça va passer ? En tout cas, ma mère vient de me donner une liste de centres spécialisés. Maintenant, il va falloir que je prenne le temps de m'occuper de ce problème...