Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal de confinement - Semaine 1

Vendredi 13 mars
Au lendemain de l'annonce officielle de la fermeture des écoles, il a fallu gérer, en vrac, l'information aux familles, la visite de ma tutrice dans ma classe d'emprunt, les conseils exceptionnels, l"inquiétude des élèves le matin et leur surexcitation l'après-midi, l'organisation du confinement de notre propre famille, les consignes contradictoires de la hiérarchie... En bref, l'urgence de la situation. 
Je ne suis pas superstitieuse, mais avouez que tout était réuni pour que je le devienne.

Dimanche 15 mars
Le week-end qui a suivi a été intense, épuisant et anxiogène. Il a fallu plancher sur la fameuse continuité pédagogique des élèves, appeler les familles et rester en alerte tout en sachant faire le tri entre les milliers centaines de mails et messages en tout genre arrivant de toutes parts : les écoles, les inspections, le rectorat, la fac, les délégués de parents, les collègues... les informations et consignes étant parfois différentes, voire contradictoires d'une heure à l'autre, tous les étages de la pyramide s'adaptant aux nouvelles instructions officielles, changeantes.

Lundi 16 mars
Les profs de la maison se sont rendus dans leur collège et école respectif. Le temps pour lui de filmer des expériences de chimie en vue de classes virtuelles ; le temps pour elle de prendre acte des modalités de la continuité pédagogique de sa classe et de refuser poliment d'assurer des permanences pour les enfants de soignants
(mais elle n'en était pas fière). Pendant ce temps-là, c'est Nana qui a été réquisitionnée pour garder la marmaille, malgré les recommandations, une heure top chrono.
Une journée pour s'organiser, les Scarabouils ayant déjà quelques devoirs mais pas la Grenabée. Et une fin de journée pour s'inquiéter du ravitaillement : à cause de la ruée vers les supermarchés, le contenu de notre drive hebdomadaire a été amputé de moitié. Le lait et les œufs qui nous manquaient réellement nous ont poussés à suivre le mouvement et faire le tour des supérettes et épiceries du quartier pour compléter les 2 malheureux litres de lait qui nous restaient. 

Mardi 17 mars
Les choses sérieuses commençaient, le confinement était devenu officiel. Dans les faits, nous avions pris cette posture depuis le vendredi soir, mais l'état d'esprit a changé. Il faut revoir ses priorités, identifier ses vrais besoins, permettre à chacun de prendre de nouvelles marques dans cette cohabitation exclusive... Mais il faut surtout se préparer à ce que cela dure. Et ne pas savoir quand ce confinement pourra prendre fin est peut-être l'élément le plus délicat à gérer.

Dimanche 22 mars
Le rythme des devoirs des enfants est à peu près pris, si on peut parler de rythme entre les profs qui donnent le même soir à 18h les devoirs de la journée qui vient de s'écouler et ceux du lendemain, ceux qui donnent seulement des lignes directrices mais sans cadre et ceux qui promettent des devoirs qu'on attend encore...  

Le rythme du prof de collège est pris aussi, calqué sur ses heures de cours habituelles en chat avec ses élèves mais augmenté des préparations un peu particulières liées aux nouveaux outils à disposition, et d'un volume de corrections conséquent.

Le rythme de la mère n'est pas du tout installé. Elle se sent aussi débordée que d'habitude et n'a pas plus de temps ni pour sa classe, ni pour ses devoirs, ni pour les tâches ménagères, les devoirs des enfants et les enfants eux-mêmes prenant tout son espace-temps (et c'est tout naturel).

Au terme de cette première semaine de confinement, nos principales inquiétudes résident en deux points :

  • la santé du chien qui prend un traitement au long cours et que l'on doit renouveler d'ici à 4 jours (le cabinet vétérinaire étant fermé, la pharmacie nous aidera-t-elle à nous le procurer ?) et à qui on devait enlever des points de suture aujourd'hui.
  • le ravitaillement hebdomadaire, encore. Même au bot d'une semaine, les magasins continuent d'être pris d'assaut. Pour une commande drive passée aujourd'hui, tous les créneaux de retrait sont complets jusqu'à vendredi inclus et pour le moment, les créneaux suivants ne sont pas ouverts. Ce qui veut dire qu'en dépit de toutes les recommandations sanitaires de bons sens, nous allons être obligés de faire nos courses dans le magasin où nous côtoierons des inconnus dont nous ne connaissons rien. Ça m'énerve !

Sur ce, on se prépare pour une nouvelle semaine de classe à la maison.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

France 06/04/2020 11:02

J'imagine bien votre situation. J'ai déjà du mal juste avec les enfants et la maison, alors quand on a des élèves en plus, ça doit être chaud chaud chaud ! Je vous souhaite bon courage et sincèrement merci à tous les enseignants qui nous permettent de pouvoir faire travailler nos enfants.
J'avoue qu'on ne m'a pas demandé d'aller dans un établissement pour aider un éventuel élève dont les parents seraient soignant, mais comme toi, j'aurais certainement refusé ayant les enfants à garder à la maison. Tu ne peux pas être partout, et de la maison, tu en fais déjà beaucoup pour tous les autres élèves...

Nanie 07/04/2020 08:44

Aujourd'hui, je ne suis pas fâchée d'être en vacances. Je ne vais même pas regarder si les profs proposent des activités supplémentaires. Je boycotte la continuité pédagogique pour 2 semaines.

Moreau 30/03/2020 09:39

Pensez que dans quelques semaines, vous aurez une sensation de liberté dont on ne se rendait plus compte avant cette crise.
Courage en attendant et vous tirerez plein d'enseignements de cette étrange expérience !

Nanie 31/03/2020 08:47

L'enseignement que finalement, je me porte très bien chez moi. Les autres ne me manquent pas.

Caloue 25/03/2020 11:36

Je fais comme ton prof je me cale sur mes horaires de cours pour tchater avec mes élèves et faire des visioconférences. J'ai aussi un avantage j'ai les enfants à gérer qu'une moitié de semaine. Ils sont présents d'un mercredi à l'autre mercredi !

Nanie 31/03/2020 08:46

J'ai testé hier une classe virtuelle en tant qu'étudiante ; c'est plutôt sympa. Puis ça permet de garder un contact direct avec ses élèves. A mes maternelles, j'envoie des idées d'activités mais je n'ai aucun retour. C'est un peu frustrant.