Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Che, l'Argentin

D’abord un peu d’histoire… 
                               « 
 Cuba, 1952 : le général Batista fomente un putsch, s'empare du pouvoir et annule les élections générales. Bravant ce dictateur corrompu, un jeune avocat, Fidel Castro, candidat à la députation sous la bannière du Parti du Peuple, passe à l'action. Dans l'espoir de provoquer un soulèvement populaire, il attaque avec 150 jeunes la caserne de Monaca le 26 juillet 1953. L'opération échoue ; Castro passe deux ans en prison. Amnistié en 1955, il s'exile à Mexico. Pendant ce temps, au Guatemala, un jeune Argentin idéaliste, Ernesto Guevara, se lance en politique. En 1954, lorsqu'un complot militaire soutenu par la CIA renverse le gouvernement, démocratiquement élu, de Jacobo Arbenz, Guevara se réfugie au Mexique. Après une première prise de contact au Guatemala, il rejoint un groupuscule révolutionnaire cubain. Le 13 juillet 1955, dans un modeste appartement de Mexico, Raul Castro présente Guevara à son frère aîné, Fidel. Une rencontre discrète, qui marque une date clé dans l'histoire de Cuba. Guevara se voit immédiatement confier une opération de guérilla en vue de renverser Batista. Les Cubains affublent le jeune rebelle d'un sobriquet courant en Argentine : "Che". 26 novembre 1956 : Fidel Castro embarque pour Cuba avec 80 rebelles. L'offensive se solde par un massacre : seuls douze hommes en réchappent, dont le Che (médecin du groupe) et Castro. Réfugiés dans la Sierra Maestra, les "barbudos" déclarent la "guerre totale" au régime de Batista. Guevara prouve ses qualités de combattant et se rend indispensable à ses compagnons. La résistance s'intensifie, gagne toute l'île. 1er janvier 1959 : les rebelles célèbrent leur victoire à Santa Clara, le dictateur s'enfuit. » (in http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=53619.html)

C’est un film intéressant, qui pourrait presque s’apparenter à un documentaire. Nous n’avons pas eu l’impression que le cinéaste voulut imposer un parti pris. Ce qui est appréciable puisque l’on peut ainsi se forger sa propre opinion. Il évoque des faits, commentés par le Che, certes. Mais ces commentaires sont recueillis par des journalistes qui prennent le contre-pied de son discours avec un malin plaisir. Le débat et la réflexion restent donc ouverts.
J’avoue que je me suis parfois sentie dans le flou, à l’évocation de noms ou d’évènements que je ne connaissais pas bien. Ceci étant, le déroulement des évènements se comprend très bien et le rôle de chacun est clairement identifié. Il n’y a donc aucun problème de compréhension générale.


Nous attendons la suite (dans les prochains jours) avec curiosité.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

France 29/01/2009 09:50

Ce n'est pas le film que j'aurai été voir, mais, en même temps, je ne connais pas vraiment cette "histoire". J'attends donc le récit de la suite avec curiosité aussi. ;-)