Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Survivor !

Ce matin avant le travail, je devais aller en ville, au laboratoire d’analyses, me faire prélever du sang. Je devais être à jeun et serai rentrée ensuite prendre mon petit-déjeuner. Avant de partir, je devais sortir le Bastoche. J’ai réfléchi au moyen de perdre de le moins de temps possible et ne pas risquer d’être en retard. Et je n’aurais pas dû. Réfléchir...

Car j’avais pensé qu’au lieu de descendre 5 étages, attendre Bastoche, remonter 5 étages pour le faire rentrer et redescendre 5 étages pour aller au labo, j’irais plus vite en emmenant la bête avec moi en ville. En voiture. Erreur fatale ! Car une fois garée devant le labo, j’avais à peine entrouvert la portière que ce crétin l’animal avait pris la fuite. Je l’ai appelé, ne le lâchant pas du regard : il restait sur le trottoir, le long des maisons... J’ai continué à l’appeler... ai tourné la tête (pourquoi déjà ?), juste une fraction de seconde (peut-être même moins), puis entendu le bruit le plus assourdissant que j’aie jamais entendu, suivi de la plainte la plus déchirante... Bastoche venait d’être heurté par un pur salopard chauffard qui roulait bien au-dessus de la vitesse autorisée en plein centre-ville et ne s’est pas même pas arrêté, pas même ralenti histoire de se demander d’où pouvait provenir le choc, laissant derrière lui, sur la chaussée, mon petit chien couché sur le flanc, sans connaissance. 5 interminables minutes à le regarder rester inerte, à ne pas oser le toucher de peur de faire pire, à me dire qu’il était fichu parce que j’avais voulu gagner 5 ridicules minutes sur mon emploi du temps matinal. Quel soulagement quand il s’est subitement redressé d’un seul bond sur ses quatre pattes, complètement paniqué et désorienté, mais vivant !


Nous sommes restés là encore 20 bonnes minutes, Bastoche couché à mes pieds, moi au téléphone, dans l’espoir vain que le vétérinaire de garde veuille bien décrocher son téléphone. Bastoche se montrant plutôt vaillant, nous sommes rentrés à la maison pour appeler un autre véto, qui a fait le déplacement chez nous. Diagnostic : un petit chien sonné qui s’en sort avec un œdème à l’arrière-train et une inflammation dans la patte arrière droite. Pas de fracture apparente, pas d’hémorragie interne a priori, et pas la moindre égratignure par ailleurs. Il est resté sous surveillance rapprochée toute la journée. Tout a l’air en ordre… il est juste un peu flagada mais après un tel choc, rien de plus naturel.
 

J’en avais déjà vu, des cadavres d’animaux, sur le bord des routes. J’avais déjà maudit les chauffards qui les avaient laissés là, en me disant « et si c’était mon Bastoche ? ». Et ça me rendait triste. Mais le voir dans cet état ce matin n’avait rien de comparable. C’était vraiment horrible. Et je ne remercie pas celui ou celle qui a, le premier, décidé de domestiquer des chiens, des chats, etc. pour en faire des animaux de compagnie. Il/elle aurait dû prévenir clairement du risque d’attachement rapide et profond du maître pour son animal (et réciproquement ?) et de ses conséquences : s’inquiéter pour lui presque autant que pour un enfant. Ce n’est pourtant qu’un chien, b***** ! mais j’ai quand même mis la matinée à me défaire de cette angoisse et surtout de l’image du chien sur la chaussée.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Poélise 23/04/2009 22:13

même si je n'ai pas de chien, je crois que je peux comprendre... Bravo Bastoche d'être aussi costaud !

caloue 10/04/2009 15:25

oh combien je te comprends j'avais ressenti les mêmes choses lorsque mon chat avait été empoisonée.

France 09/04/2009 22:05

Pauvre Bastoche ! Je comprends ton inquiétude de ce matin et l'angoisse qui retse encore un peu après l'accident. Quand Tibou est tombée du 4ème étage, j'ai cru ne jamais la revoir, alors quand Jean-François l'a retrouvée, peu importe qu'elle soit sale ou autre, j'ai bien été contente de la tenir dans mes bras.J'espère que Bastoche se remettra vite de ses émotions (et que cela lui servira de leçon, cela semble avoir marché pour Tibou).