Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Visite du 8ème mois

A 2 semaines et un jour du début officiel de mon congé maternité, c'est guillerettement que je me suis rendue à l'hôpital pour mon rendez-vous mensuel avec la sage-femme Ghandi, différente de mon idéale sage-femme de ville mais bien aussi, finalement.
Me sentant bien globalement (quoique un peu plus fatiguée que d'ordinaire), j'ai l'intention de lui demander son approbation (et un certificat de non-contre-indication pour la sécu) pour un report de congé (2 semaines dans l'idéal).

La sage-femme me reçoit à l'heure, me questionne ("des contractions ?" "très rarement"), me mesure, m'examine, écoute le coeur de Scarabouil II (parfait), cherche sa tête mais n'est pas sûre de l'endroit où elle se trouve, croit la toucher à l'examen (mais du coup, c'est quoi ce truc dur à gauche : une deuxième tête ? la valise du bébé ? un ballon ?...), m'examine vraiment longtemps et assidûment, tout en me parlant de beurre fondu.

Nous revenons à son bureau pour la paperasse... et le sermon du jour. Elle m'assène implacablement "Ce n'est pas parce que vous ne les appelez pas "contractions" que ça n'en est pas !" en brandissant une feuille d'arrêt maladie pour cause de "menace d'accouchement prématuré" devant mes yeux ébahis et ma mine déconfite. Comme je suis parfois longue à la détente, j'ai demandé (sans avoir tourné ma langue dans ma bouche assez de fois avant) : "à partir de quand ?" J'ai vu ses yeux lancer des éclairs derrière ses lunettes (qui ont fait office de bouclier, pour mon salut) : "C'est vous qui voyez, ma cocotte (dixit !), si vous préférez aller travailler et accoucher maintenant... Effet immédiat, évidemment !"

Evidemment... plus question de report de congé, donc. A la place, repos forcé : interdite de station assise ou debout prolongée, de voiture et de marche (mais ce n'était pas dans mes projets immédiats), d'escaliers (heureusement, nous avons un ascenceur), de ménage, de repassage et de courses (mais j'ai des relations : un mari, une belle-mère, une mère...), de bain d'enfant le soir (c'est Papa qui s'y collera), etc. Je suis juste autorisée à ne rien faire... Trop dure, la vie !

Il y en a bien un qui est content, et c'est... Bastoche ! qui n'en est pas revenu de me voir rentrer aussi tôt et a eu droit à une balade en voiture (faute de mieux) en fin d'après-midi... parce que je suis quand même retournée au boulot pour briefer ma remplaçante et prévenir mon patron et mes collègues de mon départ anticipé (on ne se refait pas...). Mais je n'ai pas eu le temps de ranger mon bureau ni de trier mes affaires, et ça, ça m'énerve...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

France 22/09/2009 21:18


Bon, ben, ça c'est fait ! Je comprends ton énervement à partir du boulot sans avoir rien ranger et trier, mais bon, si c'est mieux comme ça pour Scarabouil II...
Bon repos en tout cas et continue à bien promener Bastoche en voiture. ;-) Ce n'est pas ça qui va l'aider à moins déprimer dans les moments d'absence.


scar_ab 22/09/2009 21:50


En tout cas, quand il m'a vue revenir de la crèche, Bastoche ne m'a plus quittée. Les mois à venir vont être un réel bonheur pour lui...


caloue 22/09/2009 19:58


repose toi bien profites en bien car tu verras après avec deux ça change la vie.


scar_ab 22/09/2009 20:31


J'imagine que ça doit être sportif, deux petits de moins de 2 ans... Je me prépare au pire ! (je plaisante...)


aurélie 22/09/2009 16:59


et joli bidon !!!!!


aurélie 22/09/2009 16:53


Sympa et en toute douceur la façon dont elle t'a annoncé ce repos forcé... tu l'en as remecier ?
Bon, repose toi bien, et dès 37 SA, tu peux revivre normalement.
Bises et couve bien ;-)


scar_ab 22/09/2009 20:29


On ne peut pas dire que la subtilité soit son fort, effectivement ;-) Mais au fond, je l'aime bien quand même. Elle est très consciencieuse. Et de mon côté,
je n'ai pas été la patiente parfaite non plus.