Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Péridurale ou pas péridurale ?

Aujourd'hui, réunion d'information sur la péridurale.
Je passerai très rapidement sur le fait qu'elle ait commencé à 11h30 au lieu de 11h sans aucune excuse et/ou explication de l'intervenant alors, que nous, comme patientes, sommes dans l'obligation de reprendre rendez-vous des semaines jours plus tard quand nous avons 15 min de retard, même justifiées, à une consultation...

Pour en venir au vif du sujet, j'ai retenu qu'il ne fallait surtout pas hésiter à demander la fameuse piqûre car elle offrait bien plus d'avantages qu'elle ne présentait d'inconvénients.

Avantages : avant tout, on peut sentir tout ce qu'il y a sentir lors d'un accouchement, sans avoir mal. "Et au XXIème siècle, Mesdames, il n'est plus permis de souffrir !" Et si je veux, moi ? Même pas peur !... Et en cas de complication, l'anesthésie est déjà faite, elle peut servir à presque toutes les interventions - génial, le pack Tout-en-1 !...

Inconvénients : d'abord, il semble que l'anesthésiste ne sache jamais du premier coup la quantité de produit à injecter ; s'il en met trop, on ne sent plus rien du tout, pas génial pour savoir quand aider bébé... Mais cela est complètement anodin, certes.
Ce qui l'est nettement sont les "effets secondaires". Le moindre, qualifié de "réellement très très rare" par l'anesthésiste consiste en de violents maux de tête en station debout consécutifs au trouage accidentel de la membrane céphalo-rachidienne permettant l'écoulement du liquide du même nom dans la membrane péridurale, provoquant une chute de pression dans ladite membrane trouée et alors là, le cerveau bouge... si, si... et on a super mal à tête. Avoir mal au crâne n'est pas dramatique. Ce qui me chiffonne, c'est que le "réellement très très rare" représenterait 1 cas sur 200. D'aucuns penseront peut-être que je chipote, mais pour moi, un évènement se produisant  1 fois sur 200 n'est pas "réellement très très rare"...
Je ne m'étendrai pas plus avant sur les autres risques encore plus rares "que je n'ai encore jamais observés au cours de ma carrière" dixit l'anesthésiste mais encore plus flippants.

Finalement, je m'étais rendue à cette réunion d'information pour ce qu'elle était, informative, dans l'unique but de me conforter dans ma décision déjà prise de demander la péridurale le jour J. Cependant, depuis cette réunion fort instructive, un doute tenace s'est emparé de moi... Je retiens qu'il s'agit d'une intervention de confort, qui n'a d'intérêt strictement médical qu'en cas de complications lors de l'accouchement et comporte des risques "réellement très très rares"  mais pas anodins du tout. Mais peut-être me trompé-je ?...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Caloue 15/08/2007 13:32

mes convictions à moi sont toutes autres. Je ne voulais pas la péridurale, j'ai un dos trop mal foutu pour ça, et je ne voulais pas que le médecin se plante. En plus lors du rendez-vous avec l'anesthésiste : il a dit ça devrait être possible, ben tiens je déteste les "ça devrait" alors j'ai refusé de courir le risque. J'ai bine vécu mon accouchement malgré les forceps et si c'est à refaire et ben je referai pareil.

Laetitia, Eliott et Margot 14/08/2007 21:45

Bonsoir,
Moi pour Eliott l'anesthésiste m'a refait 2 fois la péri qui ne fonctionnait pas. J'ai beaucoup souffert des contractions (et du coup ça m'a beaucoup fatigué) même si aujourd'hui je peux dire que ce n'est rien par rapport au bonheur de donner la vie. Mais quand même je suis souvenue assez pour bien la demander pour Margot, et là, j'ai vraiment vu la différence, j'ai pu "profiter" de mon accouchement sans aucune douleur tout en ayant des sensations malgré tout. J'ai trouvé ça vraiment l'idéal par rapport au 1 er accouchement!
Mais ce n'est que mon expérience et ça ne doit en rien modifier les convictions de chacune.
Bonne soirée.

France 14/08/2007 15:02

Au cours de préparation à l'accouchement, on ne nous a pas parlé du tout de ce type d'inconvénients. Il s'agissait plutôt de la sensibilité dans les jambes qui ne revenait pas tout de suite, des contractions qui se faisaient moins efficaces, ou d'autres petites choses comme ça, effectivement anodines.Quant à l'anésthésiste, il ne m'a rien dit du tout (ça doit être plus simple).Là, ça devient un poil plus flippant en effet. Mais on a toujours la possibilité de ne la prendre qu'au dernier moment, ça laisse le temps de voir si on supporte ou pas la douleur sans. En tout cas, c'est un peu comme ça que je vais faire je crois. En même temps pour l'instant je n'ai pas eu de contractions qui faisaient mal, donc c'est plutôt facile à dire.