Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que serais-je sans eux ?

Vous connaissez Louis Aragon ? Il se rappelle à mon bon souvenir depuis quelques temps. Ce poème, appris il y a bien longtemps à l'école puis oublié peu de temps après, vient en effet habiter mes nuits sans sommeil...

"Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J'ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j'ai vu désormais le monde à ta façon
J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu
Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne
Tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne
Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux
Tu m'as pris par la main comme un amant heureux.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
N'est-ce pas un sanglot que la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.
Terre, terre, voici ses rades inconnues.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement."

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Pascale, Eléa et Faustine 12/06/2012 23:35


Ce poème était un de mes préférés lorsque j'étais une ado romantique et écorchée ;)


Merci pour ce moment plein de poésie, j'ai adoré relire ce texte !

Poélise 12/06/2012 22:16


C'est beau ! merci pour cet instant de poésie

Ju 12/06/2012 14:49


Wow..... Quel saut des années en arrière pour moi aussi! J'avais adoré apprendre ce poème...... Merci!

Laure 12/06/2012 11:29


Magnifique, bien sûr que je le connais, bien sûr que je l'avais oublié... Merci!

France 12/06/2012 07:25


Beau poème ! Je ne le connaissais pas, je ne crois même pas avoir appris du Aragon à l'école... Je ne suis pas sûre que ce soit ce poème qui te fasse retrouver le sommeil, mais c'est il doit
quand même améliorer tes moments d'insomnie. ;-)

Beki 12/06/2012 06:33


Ah, Aragon!


Belle déclaration d'amour à tes amours...