Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Déconfinement - Semaine 1

Nous voici au terme de la première semaine de déconfinement (néologisme).

La première impression est celle d'un changement infime. Les enfants ne sont pas encore sortis. Nous n'avons pas reçu ni rendu de visite (exceptée une livraison express sur le pas de la porte d'un tableau réalisé par Mamie). Nous avons continué à faire un ravitaillement hebdomadaire à la boulangerie. Ceux qui sortent, sortent masqués.

Si on y regarde de plus près, on peut dire que la porte s'est largement ouverte sur l'extérieur. D'abord, Maman a repris le travail. Depuis mardi, je vais chaque matin à l'école qui accueille les enfants prioritaires, en attendant que ma propre école rouvre (ou pas...). Et la femme de ménage (oui, nous avons une femme de ménage) est revenue ! Une aide précieuse pour nous et le bout du tunnel pour elle qui peut relancer son activité (même si nous ne l'avons pas complètement laissée tomber pendant 8 semaines). Cerise sur le gâteau : Monsieur s'est offert le luxe de courses d'appoint, cédant à l'envie de dîner asiatique. Du jour au lendemain, plus de file d'attente, plus de filtrage à l'entrée du supermarché... on s'en réjouirait presque si on n'avait pas quelques doutes sur les effets de ce brusque revirement des comportements.

Côté moral, il y a eu des hauts et des bas, exponentiellement liés au rapport informations plus ou moins anxiogènes sur explications plus ou moins rassurantes quant aux conditions d'accueil dans les écoles. Après avoir répondu favorablement à l'enquête de retour à l'école de nos enfants, puis expérimenté la non- l'application du protocole sanitaire en maternelle, puis confirmé notre accord en réponse à la deuxième enquête de l'école (justificatifs d'exercice de l'une des professions "indispensables à la nation" à l'appui rendant nos enfants prioritaires), puis ressassé la question nuit et jour, puis pensé qu'après tout, ils n'étaient pas si prioritaires que ça, ces gosses de profs, puis se dire que ce n'était pas si pire mais que c'était engendrer beaucoup de bouleversements dans une organisation améliorable mais vivable, nous avons fini par dire non, en capitales et souligné pour être sûrs qu'ils ne soient pas comptés dans les effectifs. 

Pour autant, faire classe à des groupes réduits, même avec la contrainte de mesures d'hygiène drastique a certains avantages pour l'enseignant qui peut prendre le temps nécessaire pour chacun sans avoir l'impression de léser les autres et pour les élèves qui font chacun leur travail, pas forcément le même que les autres, à leur rythme, sans stress. D'ailleurs, nos petits habitués du pôle d'accueil solidaire n'ont pas l'air traumatisés par la situation. Et en écrivant ces lignes, j'en arrive à me demander pourquoi nous avons décidé de garder les nôtres à la maison.

Bref, en attendant, nous envisageons d'aérer nos corps et nos esprits quelque part dans les champs cet après-midi. Ce sera la toute première virée familiale depuis le 14 mars.

Sur ce, bonne semaine à tous !

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

France 19/05/2020 15:15

Le déconfinement ne nous a pas bouleversés non plus. Les filles sont toujours à la maison (les écoles n'ont rouvert qu'hier) avec moi (qui suis en garde d'enfants du coup) et nous continuons l'école à la maison tranquillement mais sûrement (cette expression peut se voir dans un 2e sens auquel je n'avais pas pensé jusque là). Je ne me vois pas renvoyer ma petite section à l'école avec un protocole qui ne leur permet rien, ni jouer avec les copains, ni apprendre en manipulant des choses et pour qui le lavage de mains sera la grande activité de ses journées. J'espère qu'en juin, il y aura une évolution et que l'école retrouvera son attrait...
Pour les sorties, nous nous autorisons du vélo et de la marche, mais sans plus. Le jardin reste le terrain de jeu le plus propice à la situation et les courses se font toujours au drive. On ne change pas une équipe qui gagne. ;-)

Nanie 21/05/2020 09:08

Au fur et à mesure des jours, on se rend compte qu'on a énormément de mal à ressortir. Hier, par exemple, j'ai longuement hésité à aller en magasin pour acheter de nouvelles chaussures aux enfants (qui ont pris une pointure en 2 mois à force de vivre pieds nus)... ça s'est terminé par une commande en ligne. Première fois que j'achète des chaussures sans les essayer. J'espère qu'il n'y aura pas de retour à faire.