Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal de reconfinement - S1

En accord avec moi-même, je ne considère pas avoir été confinée la semaine précédente puisque les écoles étaient ouvertes et les déplacements à peu près tous autorisés, sans dérogation pour la plupart, avec attestation plus ou moins fumeuse pour les autres.

J1 : après un week-end pascal quasiment pareil à ceux des années 2019 et précédentes (le déjeuner familial gigot-haricot en moins), on a attaqué le premier jour d'école à distance, avec enthousiasme pour les enfants et un peu d'appréhension pour les parents. et tout s'est bien passé. Je crois. En vrai, j'ai laissé le père se charger de surveiller les devoirs des enfants, me cachant chez ma mère pour avoir le loisir de suivre en toute sérénité (pour la première fois depuis 2 ans) quelques formations à distance. J'ai bien entendu parler de bugs causés par les Russes (!?!?) et vu passer des mails de profs excédés par les contingences matérielles, mais personne n'avait l'air d'en être traumatisé.

J2 : jour de relâche, déjà, pour se remettre de ses premières émotions. Avec le grand, on continue les devoirs en entamant la course d'orientation proposée par son prof d'EPS à travers la ville. Il fait beau, on se balade deux heures.

J3 : je me demande à quoi sert ce re-confinement, ou du moins je m'interroge sur son application. Moi la première, je profite de l'autorisation de déplacement sans attestation pour aller travailler ailleurs. Même si on respecte les gestes barrières (lavage des mains, chacune sa pièce, port du masque et même vaccination pour l'une), je ne respecte pas strictement le confinement. Sur la route, aux heures de pointe, je suis coincée dans les embouteillages habituels. A quelques minutes du couvre-feu, les rues restent très animées. Finalement, les gens ont tous une bonne raison de ne pas rester chez eux...

J4 : dernier jour chez ma mère. Moi qui ne prend plus le temps régulièrement depuis des années, je cherche "L'étranger" de Camus parmi mes bouquins de collégienne et je trouve "La chute". Dont je n'ai aucun souvenir... Tant pis pour "L'étranger" qui n'était pas à sa place. Pendant ce temps-là, les enfants font leurs derniers devoirs.

J5 : en ce premier jour de vacances, il pleut. On récupère dans la joie et la bonne humeur le deuz qui a passé la nuit chez un copain. Etat de grâce de courte durée, la première dispute éclatant 2'15''34 après ses retrouvailles avec sa sœur. L'après-midi, on essaie de se mettre du baume au cœur en participant à la séance de préparation à la première des communions dont le thème est la gratitude... mais cela reste difficile. Dommage.

J6 : il pleut encore. C'est un de ces matins gris, dehors et dedans. Je lis, j'écris, je range, nous mangeons de la tarte au flan. En arrière-plan, quelques cris, chamailleries et autres accès de tyrannie.

Et pendant ce temps-là, le chien...

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

France 12/04/2021 16:12

Complètement d'accord avec toi, ce confinement ne ressemble absolument pas à un confinement. Les règles sont trop floues pour ne pas avoir envie de les transgresser (mais nous, casaniers comme nous sommes, nous ne voyons pas l'intérêt de faire autre chose que de rester chez nous ;-) ).
Par contre, l'école à la maison, côté parents, ça ne me va plus. Gérer les 3 filles avec leurs devoirs et leurs motivations différents, ce n'est pas aussi simple qu'on pourrait le penser. Et encore mois avec les mails des enseignants qui n'arrivent pas à l'heure ou pas du tout en fonction des soucis informatiques que l'Etat n'a pas pu anticiper... :-(
Enfin, même avec 2 semaines d'avance, les vacances sont finalement les bienvenues. ;-)

Nanie 13/04/2021 10:35

L'école à la maison, c'est une plaie pour tout le monde : élèves, parents et enseignants qui sont rarement sur la même longueur d'onde, sans compter les aléas techniques.
Quant à rester confinés... nous limitons nos déplacements au nécessaire. Mais comme cette fois-ci, il y a beaucoup moins de contraintes (rendez-vous médicaux normalisés, coiffeurs ouverts, etc.), ça ne fait pas tout à fait le même effet. Du coup, pas sûre que 3 semaines suffisent...