Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au-delà de ses peurs

Le grand Scarabouil a commencé sa quatrième année d'équitation à la rentrée dernière. Avec toujours le même plaisir à se trouver au centre équestre et à s'occuper des poneys. Cependant, quelques chutes plus ou moins douloureuses et plus ou moins spectaculaires ont copieusement entamé sa motivation et son plaisir. Au point qu'il envisage d'arrêter les cours.

Comme c'est un enfant très raisonnable, il ne l'a pas tout de suite dit à sa mère car il sait qu’il est inscrit jusqu’en juin et qu’il faut s’efforcer d’honorer ses engagements. Nous avons beaucoup discuté [et avec cet enfant qui garde beaucoup pour lui et ne se livre qu'avec parcimonie, ce fut une gageure]. Il y avait donc ces chutes qui l'avaient impressionné et entraîné la crainte de nouvelles chutes plus rudes. Il y avait ces double-poneys un peu impétueux et imprévisibles. Il y avait aussi ce cours, si nombreux, qui ne favorisait pas la tranquillité d'esprit des bêtes et de leurs cavaliers. Il y avait l'absence de Maman, supportrice de la première heure qui avait passé des samedis entiers dans le froid, le vent et la pluie depuis 3 ans mais s'est vue éloignée du manège par le nouvel horaire.
Bref, il avait peur. Et cette peur l'avait déjà éloigné de plusieurs cours. Tout le monde était d'accord pour dire qu'il était inutile de continuer à le laisser dans cet état, qu'une activité extra-scolaire est censée être source de détente et de plaisir. Mais quelque chose chiffonnait Maman...

Finalement, elle s'est laissée convaincre par les arguments censés de la majorité raisonnable, et surtout le teint livide de son fils au moment de se préparer pour les cours d'équitation. Avoir des principes (d'assiduité, en l'occurrence) ne justifie pas de se rendre malade ni de laisser ses enfants faire leurs activités avec la peur au ventre.
Elle a donc démissionné du centre. Contre toute attente, les membres du bureau, qui donnaient l'impression d'être froids et insensibles, se sont montrés très concernés par notre problème. Ils ont demandé l'avis de la monitrice, discuté, et proposé des solutions (changer de cours, de monitrice, choisir son poney...). Le cavalier s'est montré assez réticent, réservant sa réponse pendant de longs jours... avant de refuser.

Dépit familial, mais on avait promis de se ranger à sa décision. Cependant, devant les efforts déployés par le centre pour ne pas le laisser sur une mauvaise impression, Papa a décidé qu'on l'obligerait à faire cette ultime séance. Pour savoir si la peur était profondément ancrée. Pour être sûr de ne pas le priver du plaisir de la compagnie des poneys pour de mauvaises raisons.
Il y est donc allé, à reculons, étreint par l'angoisse, les bottes dans un sac... C'est Nana qui l'a accompagné, celle qui ne craint pas les chevaux. C'est lui qui a choisi sa ponette. La monitrice avait été prévenue de ses craintes. Finalement, il a chaussé ses bottes et... a demandé à remonter la même ponette la prochaine fois !

Satisfaction générale ! Fierté pour lui d'être allé au-delà de ses peurs, quoique contraint et forcé. Et même s'il avait persisté dans son refus, nous aurions respecté son choix, qui aurait été fait "rationnellement", en toute connaissance de cause. En attendant, c'est reparti... pour un certain temps.

Au-delà de ses peurs
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Nanie

Femme de prof, mère de deux Scarabouils et d'une Grenabée, je dépose ici les aléas et anecdotes qui feront les souvenirs de notre vie de famille
Voir le profil de Nanie sur le portail Overblog

Commenter cet article

France 27/11/2016 21:02

Bravo à lui d'avoir affronté sa peur et bravo au centre d'avoir pris en compte cette peur ! Et tant mieux si au final, tout est redevenu comme avant. C'est dommage de se priver de quelque chose qu'on aime parce qu'on a peur.
Et bravo à vous d'avoir su l'accompagner ! Ce n'est jamais évident de voir son enfant angoissé, surtout quand il ne veut pas en parler (de ce côté-là, nos grands se ressemblent pas mal).

Nanie 28/11/2016 12:03

Pas évident en effet. Non seulement, c'est sa nature de tout garder, mais en plus il lui arrive, comme dans le cas présent, de ne pas dire pour ne pas décevoir. Je leur ai assez répété à tous qu'une fois qu'on est inscrit à une activité, c'est un engagement pour l'année et qu'il faut s'y tenir. J'aurais dû préciser "sauf cas de force majeure" car du coup, il n'osait rien me dire à moi sous le prétexte "mais tu as dit qu'on devait faire l'activité jusqu'au bout"... (à croire que je suis un bourreau d'enfant...)

Lorelei 25/11/2016 10:38

Bravo à lui! Nous avons arrêté une activité l'année dernière car ça se passait mal et personne n'a essayé de comprendre et d' aider mon fils à vaincre sa peur donc, je dis chapeau au centre équestre (c'est lequel d'ailleurs?), ils ont été vraiment sérieux!

scar_ab 25/11/2016 15:04

C'est le centre équestre du Plessis-Bouchard. J'ai été agréablement surprise par leur réaction. Je ne m'y attendais pas.